Rats

 

 Rats

Le mot « rat » désigne dans le langage vernaculaire certains mammifères rongeurs, le plus souvent du genre Rattus ou au moins de la famille des muridés . Mais certains « rats » font partie d'autres familles comme le Rat palmiste, le Rat-Chinchilla, le Rat à poche mexicain, etc. Racine étymologique : fin du xiie siècle, peut-être de l'allemand ou du norvégien ratt, onomatopée, née du bruit du rat qui grignote (selon Petit Robert 1990).

 

 

Considérés comme nuisibles 

Qu'il s'agisse de l'une ou l'autre des espèces, les rats sont pour les hommes des propagateurs de maladies, notamment parmi les plus graves :

la peste est principalement véhiculée par le rat et transmise à l'homme par piqûres de puces d'animaux infectés.

Plus facilement véhiculée par le rat noir, elle s'est répandue dans le monde en de terribles épidémies au cours de l'histoire. la leptospirose, la Fièvre par morsure de rat (streptobacillose) ou Fièvre de Haverill... Sodoku etc.

Les rats s'attaquent aux réserves alimentaires qu'ils dévorent et souillent de leurs déjections. Ils mettent en péril les récoltes dans certains pays tropicaux et peuvent causer des déséquilibres écologiques

Rats Brun 

 

Durant la Première Guerre mondiale les soldats eurent à lutter, en plus d'autres problèmes, contre la prolifération des rats dans les tranchées. Les campagnes de dératisation, qu'organisent les autorités dans de nombreux pays, visent à réduire les populations de rats et diminuer le risque sanitaire. Dans les habitations, le chat ou certains chiens sont utilisés depuis toujours pour empêcher la prolifération de ces rongeurs. Dans l'Égypte ancienne, on se sert déjà des chats pour combattre les rats. Les Vénitiens ramenèrent d’Égypte et de Syrie des galères pleines de chats ratiers afin d’éradiquer les rats dans la lagune. Au château de Vaillac, dans le Lot (France), une fresque datant du Moyen Âge représente une tour envahie de rats. Au sommet de la tour : un chat couronné. Vers 1727, avec l'invasion massive du rat gris (surmulot ou rat d'égout), les chiens ratiers, comme le Affenpinscher, prennent la place des chats en Europe. Alors qu'au Moyen Âge, les massacres de chats n'ont fait qu’accélérer la propagation des rats noirs dont les puces étaient porteuses de la peste bubonique, les fonctionnaires municipaux de Londres ont répété la même erreur environ 300 ans plus tard. De nos jours, on emploie surtout la mort aux rats, le gaz ou mieux, les pièges (plus écologiques et rapides), pour éliminer les indésirables. Plusieurs espèces de rats sont reconnues comme invasives : Rattus exulans, Rattus norvegicus et surtout Rattus rattus, qui fait partie des 100 espèces les plus invasives d'après l'IUCN. Ils peuvent devenir une menace pour l'équilibre écologique et les espèces locales, surtout lorsqu'ils colonisent une ile. Paradoxalement, la lutte constante que mène l'homme contre les rats oblige ceux-ci à faire évoluer leur intelligence ce qui rend leur élimination toujours plus difficile